Close

Sorties à la journée 2022

Vincennes

Croisière sur le Douro

1 er jour

Lundi 27 septembre2021, aujourd’hui débute le premier voyage de l’Amicale depuis l’automne 2019. Les 31 participants à la croisière sont à l’heure, les formalités à peine compliquées par la présentation du ‘pass’ sanitaire. A l’arrivée, des cars nous attendent pour nous emmener en ville jusqu’à la Place de la Batalha où nous nous égayons dans les rues, les cafés, la fameuse librairie Lello et l’église Sao Ildefonso, couverte d’azulejos. Un peu plus tard, nous rejoignons le bateau et l’accueil sur l’Infante D. Henrique est à la fois professionnel et convivial. Nous voici installés pour la semaine dans notre hôtel flottant. L’Infante D. Henrique est un bâtiment de 75m sur 11,40m avec 3 ponts, 70 cabines et 23 membres d’équipage.

Après le dîner, parcours nocturne dans Porto, arrêt à la gare de Sao Bento et ses décorations d’azulejos représentant des scènes historiques et allégoriques. Puis nous nous dirigeons vers Gaia jusqu’à l’entrée du pont métallique D. Luis Ier, au pied de l’église ronde du Monastère da Serra do Pilar et ses murailles, pour découvrir en contrebas la vue sur le Douro et Porto illuminée.

2 ème jour

.

Au réveil, le lendemain, certains ont moins bien dormi que d’autres, gênés par des bruits de moteur, ce qui en conduira à acheter par la suite des boules Quiès! Le bateau fête, il est vrai, ses 18 ans cette année.

La journée est consacrée à Porto. Isabelle, notre guide, nous emmène au Palais de la Bourse, bâtiment néoclassique construit au milieu du 19ème siècle sur l’emplacement d’un ancien couvent détruit par le feu. Le cloître, aujourd’hui couvert d’une immense verrière, est devenu la Cour des Nations décorée des armoiries civiles de plus de 25 pays avec lesquels le Portugal entretenait des relations commerciales. Un temps résidence d’été des rois du Portugal, le Palais a bénéficié d’aménagements voulus par la reine Marie II comme la salle mauresque, vrai joyau du Palais. Aujourd’hui, siège de la Chambre et du Tribunal de Commerce, il témoigne d’une réelle activité. Il offre aux visiteurs de nombreuses richesses telles que la salle du Tribunal, la salle des Assemblées générales, le bureau de Gustave Eiffel, la salle Dorée, la salle des portraits représentant les derniers rois du Portugal, de nombreuses galeries et le grand escalier de marbre orné de sculptures. Adjacente, l’église gothique Sao Francisco, dont dépendait le couvent détruit, nous révèle son intérieur baroque ‘rococco’ du XVIIIème siècle et son orgue à tuyaux horizontaux. La statue de St Antoine de Padoue qui rappelle que le saint né à Lisbonne est ici considéré comme portugais.

La matinée se termine par la visite de la cave de la Real Companhia Velha à Gaia pour une première dégustation de vin de Porto. Gaia et Porto se font face sur le Douro, Gaia étant la plus peuplée avec 300 mille habitants. C’est à Gaia que se trouvent les caves des maisons de vin de Porto.

L’après-midi libre nous a permis de prendre un ‘rabelo’, un de ces anciens transports de fûts devenus bateaux navettes, qui nous a amené en ville où chacun a pu faire choisir ses visites comme celle de la Sé, superbe cathédrale, faire des achats et croiser les supporters du Liverpool FC préparant avec forces chants et libations la rencontre de football du soir. Le soir nous profitons une soirée fado sur le bateau.


3 ème jour

Le 3ème jour nous quittons la ville par le pont Arrabida, très encombré, pour rejoindre Guimaraes afin de découvrir la ville et le château des ducs de Bragance. Guimaraes, aujourd’hui ville de 56 mille habitants, a joué un rôle majeur dans la fondation du Portugal à la fin du 11ème siècle quand Alphonse Ier, alors vassal du roi de Castille, y a proclamé l’indépendance du pays.

La famille de Bragance est importante au Portugal à qui elle a donné des rois. C’est Alfonso, premier duc de Bragance, fils bâtard de Joao Ier, roi du Portugal, qui a fait construire ce palais au début du 16ème siècle.

Abandonné par la suite par la famille de Bragance le palais s’est dégradé au fil des siècles. Proche de la ruine il n’a été restauré qu’au début du 20ème siècle. Dans la cour, bordée d’arcades, les 39 cheminées cylindriques décoratives de briques rouges nous dominent. Dans les magnifiques salles on peut admirer des tapisseries de Pastrana, des faïences chinoises et un mobilier d’époque. Nous descendons ensuite à pied vers la vieille ville où nous admirons les immeubles anciens et colorés, le Calvaire de l’Olivier sur le Largo de Oliveira puis pour terminer la promenade nous descendons jusqu’à l’église Saint Gualter.

Nous regagnons ensuite le bateau pour une après-midi complète de navigation en direction de Peso da Regua. Au cours de ce parcours nous franchissons l’écluse de Carrapatelo, la plus haute de notre de notre parcours avec ses 36m de hauteur. Le soir les moins fatigués d’entre nous dansent au salon !

4 ème jour

Jeudi, dernier jour de septembre, nous quittons le bateau en direction de Vila Real. C’est un paysage de schiste ou les vignes sont cultivées en terrasse. Le climat est continental, la région étant protégée des influences maritimes par des montagnes de près de 1400m. Arrivés à Vila Real, ville rurale moyenne situé à 400m d’altitude, capitale de la région ‘Tras os montes’, nous dégustons des ‘cristas de galo’, des crêtes de coq fourrées au jaune d’œuf, à la poudre d’amande et au sucre.

Nous reprenons ensuite la route, pour rejoindre le Manoir de Mateus. Cette construction du 18ème siècle est en partie l’œuvre de Niccolo Nasoni, architecte italien à qui l’on doit de nombreux édifices dans la région de Porto. Le palais est entouré de très beaux jardins à la française au point que l’on a pu parler de ‘petit Versailles’. Dans le parc des cèdres du Liban centenaires voisinent avec des camélias venus du Japon.

La partie basse du manoir est occupée par des pièces à vocation agricole alors que le premier est réservé aux pièces d’habitation. Nous découvrons successivement la grande salle de réception, la chapelle privée avec ses reliquaires et ses statuettes en ivoire, le fumoir et ses portraits de famille, le salon des dames avec une très belle table en écaille de tortue sans oublier la bibliothèque aux murs et rayonnages de châtaigner.

Le retour au bateau se fait en car par la vallée du Douro et des vues extraordinaires s’offrent à nous depuis les hauteurs, la vue plonge sur les innombrables rangs de vignes en terrasses et les Quintas, ces domaines viticoles disséminés. Il est dit que ces vignobles sont la ‘plus belle sculpture du Portugal’.

Un après-midi de navigation nous conduit jusqu’à Vega de Teron, sur la rive espagnole du fleuve.

5 ème jour

Le mois d’octobre va débuter par une incursion en territoire hispanique, le Douro étant une frontière naturelle sur plus de 100 km. Tôt ce matin, nous prenons un car pour Salamanque à 2h00 de route de là.

Connue comme la ville ‘dorée’ probablement du fait de ses nombreuses constructions en grès ocre, les origines de Salamanque remontent à la période celte soit près de 200 ans avant notre ère. Tour à tour carthaginoise et romaine puis sarrasine et castillane la ville prit son essor avec la création en 1218 de sa fameuse université, une des 4 principales d’Europe à cette époque. Aujourd’hui elle est forte de 30 mille étudiants, 36 avec l’université pontificale. A l’origine les cours étaient dispensés dans le cloître de la vieille cathédrale mais dès le milieu du siècle suivant des ‘collèges’ sont fondés et l’essor de l’université sera alors constant. De nombreuses matières étaient et sont enseignées comme le droit, la théologie, la médecine, la philosophie mais aussi l’astronomie et la musique. Sur les murs extérieurs des graffitis préservés font souvent l’éloge des professeurs. Sur le fronton de l’université de type ‘plateresco’ avec ses motifs sculptés, se cache une grenouille qui portera bonheur au nouvel étudiant qui la trouvera sans aide.

A l’intérieur nous découvrons successivement une salle de classe d’époque au confort spartiate, la grande salle d’apparat où l’on remet les diplômes, la chapelle avec un retable du 18ème dédiée à St Jérôme et également à l’étage la bibliothèque où se trouve une partie des 180 mille volumes conservés.

La visite des 2 cathédrales des 12èmes et 15ème débute par la plus récente qui date de la fin du gothique, grandiose avec sa coupole située à 80m de hauteur. Au détour de ses larges piliers apparaissent 2 orgues l’un renaissance, l’autre baroque avec ses 2200 tuyaux. Sous le regard de 8 Docteurs de l’église, le chœur baroque est riche de 98 stalles en noyer. Les 2 cathédrales étant mitoyennes le passage dans l’édifice roman se fait par une simple porte interne. La différence d’ornements entre les 2 bâtiments est saisissante tant la vieille cathédrale est simple et sobre avec quelques peintures murales très anciennes.

Lors d’une restauration récente un astronaute, un diable mangeant une glace et un taureau de combat sont apparus sur le portail de la nouvelle cathédrale ! Anachronisme voulu par l’artiste !

La ville présente d’autres centres d’intérêts comme la Plaza Mayor, grandiose place trapézoïdale qui a servi un temps d’arènes, bordée d’arcades, décorée de médaillons représentant des rois, des conquistadors, des écrivains et Ste Thérèse d’Avila. La maison aux 365 coquilles figurant les jours de l’année est devenue bibliothèque municipale. Nous terminons la journée par une visite à la Casa Lis, Musée d’art moderne où l’on peut voir de nombreux objets en verre de Lalique et Daum notamment, abrités derrière de belles verrières Art Déco.

Une paella servie au dîner précède la soirée sévillane avec des chants et danses d’Andalousie.

6 ème jour

Après cette grande journée de tourisme nous entamons le lendemain matin la descente du fleuve en passant l’écluse de Pocinho d’une hauteur de 22m jusqu’au port de Ferradosa. Nous laissons alors le D.Henrique pour parcourir la route des vins, à travers les vignes de la région qui produisent du porto jusqu’à moins de 500m d’altitude et du vin d’appellation locale au-dessus. Un arrêt à l’ermitage de Sao Salvator do Mundo à 500m d’altitude nous offre une vue plongeante sur le fleuve, où nous apercevons notre bateau manœuvrer devant l’écluse de Valeira. Tout autour de nous des milliers d’hectares de vignes en terrasse sur des pentes abruptes créent des paysages spectaculaires. Cette route des vins se termine par un arrêt à la Quinta do Tedo qui appartient à un français de la famille des Bouchard de Bourgogne.

Sur le bateau c’est la grande soirée de gala avec apéritif précédant un dîner de choix suivi d’un grand bal.


7 ème jour

Le lendemain dimanche, c’est la dernière excursion de notre voyage à Lamego, autre lieu historique de la création de la nation portugaise. L’autocar nous évite l’ascension des presque 700 marches du calvaire en nous déposant à hauteur de l’église Notre Dame des Remèdes, église baroque de la 2ème moitié du 18ème. Les clochers-tours ainsi que le fronton n’ont été terminés qu’en 1905. Sur la place de l’église 2 arbres centenaires se font face dont un châtaigner de 700 ans qui ne paraitrait pas vivant sans sa couronne de lierre ! Depuis le haut de l’escalier, que les pèlerins peuvent monter à genoux, les visiteurs ont une vue en plongée vertigineuse sur la ville. Dans la descente on peut voir des azulejos récents, des sculptures comme un étonnant arbre de Jessé élargi à une vingtaine de rois et l’étoile de Bethléem pour guider les pèlerins. 

Nous aurons ensuite une dernière après-midi de navigation pour rejoindre directement Gaïa.

Après le dîner une soirée folklorique très réussie, avec chant et danses traditionnels, clôture cette semaine de découverte d’un fleuve, d’un pays et de leurs richesses respectives.

Il est maintenant temps de rentrer et, hormis une assez longue attente à l’enregistrement à l’aéroport de Porto, la satisfaction de nos voyageurs est manifeste et le retour à Paris est calme et sans surprise.

La Toscane

1 er jour

Le 5 mai nous avions rendez-vous à Roissy à 6h30 pour les formalités d’enregistrement avec l’aide de notre correspondant Gallia qui a assuré l’enregistrement de tous les membres de notre groupe. Quel plaisir de recommencer à voyager. Malheureusement 7 personnes étaient absentes pour cause de maladie ou de blessure : Eliane et André Meyrou, Françoise et Michel Commecy, Joëlle et André Communod et Brigitte Parizot.

Nous avons embarqué comme prévu et l’avion a décollé à l’heure pour nous emmener à Florence. Après une arrivée musclée et un atterrissage très court, récupération des bagages. Malheureusement Geneviève et Roland Leriche n’avaient qu’une valise sur deux. Après les déclarations de perte nous avons embarqué dans notre car pour aller déjeuner dans un restaurant à proximité. Le temps était gris et avec de la bruine.

Après le déjeuner, nous sommes partis pour la côte de La Versilia au nord-ouest de la Toscane. Nous avons rejoint nôtre hôtel, Le Crystal sur la commune de Pietrasanta. Après installation de notre groupe, nous avons dîné à l’hôtel et passé notre première nuit en Toscane.

2 ème jour: La Ligurie (Portofino)

Notre découverte de la Toscane commence enfin. En ce début de matinée, nous partons en direction de la Ligurie pour rejoindre la petite ville côtière de Rapallo. Sous la pluie qui a remplacé la bruine du premier jour, nous visitons cette charmante ville. Le long du Lungomare Vittorio Veneto, nous avons pu découvrir le golfe au creux duquel la ville a été construite. A l’extrémité orientale on découvre le Château de Rapallo, siège de nombreuses expositions d’art. Le château est un fortin construit par les génois suite à l’attaque au 16ème siècle des maures.

Après le déjeuner pris dans un restaurant du port, face à la mer, nous avons embarqué sur un bateau de ligne pour rejoindre la ville de Portofino.

Dès l’arrivée dans le port de Portofino, nos regards se portent sur trois yachts magnifiques par leurs tailles et leurs équipements apparents. Mais l’un d’entre eux, l’emporte par le gigantisme et la rutilance des équipements. Il est de couleur anthracite avec une multitude de nuances allant du gris au noir. Il a pour nom l’Atlante. Une fois dans le car du retour nous apprenons, grâce à notre guide Ilaria et ses recherches sur internet qu’il appartient à un riche industriel italien.

Portofino et sa baie ont été totalement préservés malgré l’afflux des touristes. Rien n’y a été construit depuis cinquante ans. Ses maisons colorées dans les tons de vert, jaune, orange et de rouge, se détachent du vert des arbres et du gris des rochers. Une fois sur la place qui dessert le port, nous nous engageons sur une côte qui nous mène à la chapelle San Giorgio d’un jaune éclatant dont un côté se situe sur un flanc de rocher et surplombe la mer. Certains d’entre nous décident ensuite sur les conseils d’Ilaria de se rendre au château Brown. Commence alors une ascension entre la mer visible à travers les arbres et un muret qui sépare le chemin des plateaux qui le surplombe. Le retour vers le port se fera sous une pluie battante qui aura bien détrempé les audacieux qui seront allés voir le château et au-delà.

Le retour vers Rapallo se fait en bateau ce qui nous permet de profiter une fois encore des paysages côtés magnifiques et colorés.

3 ème jour: les cinque terre

En ce samedi matin, le soleil pointe enfin le bout de son nez à la satisfaction de tout le groupe.

Cette journée sera totalement consacrée à la visite des Cinque Terres, un des trois buts de ce voyage. Les Cinque Terre constituent aujourd’hui un parc national pittoresque classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette côte escarpée et sauvage, parsemée de petits villages est surprenante de beauté éclatante de couleurs.

Cette côte escarpée abrite cinq villages surprenants qui ont su garder presque intacts leurs paysages et traditions : Riomaggiore, Manarola, Corniglia, Vernazza, sans doute le plus attrayant avec ses hautes maisons colorées, et enfin Monterosso.

Durant notre trajet en autocar, nous traversons la ville de Spezia, avec son arsenal militaire et ses bateaux de guerre. Ensuite nous arrivons à Manarola par la route panoramique qui longe la mer, avec de superbes vues sur les vignobles. Nous prenons le temps de visiter cette petite ville aux multiples escaliers puis nous partons en train vers Monterosso. Durant le trajet nous traversons de nombreux tunnels percés dans la montagne à la fin de la seconde guerre mondiale. Arrivés à Monterosso, nous visitons la vieille ville avec ses églises et ses rues typiques. Nous découvrons ainsi de magnifiques jardins dans lesquels poussent oliviers, citronniers et orangers. De belles couleurs pour de belles photos. A la fin de la matinée tout le groupe est harassé et aspire à un repos bien mérité. Le déjeuner y pourvoira. Une fois reposés et les batteries rechargées, nous embarquons à bord d’un bateau pour le retour, ce qui vous permet de découvrir les magnifiques paysages des Cinque Terres vus de la mer.

Nous nous arrêtons à Portovenere pour visiter ce bourg pittoresque entre ciel et mer. Nous y verrons la grotte auprès de laquelle Lord Byron aimait à nager en pleine mer, et l’église de San Pietro. Avant de nous retrouver sur la place centrale, nombreux parmi nous se sont promenés à travers les rues étroites du bourg pour y faire des emplettes.

Après cette journée bien remplie, chargée de couleurs et de souvenirs, nous débarquons à La Spezia avant de retourner à l’hôtel pour la nuit.

4 ème jour: Lîle d'Elbe

Aujourd’hui, toujours sous un beau soleil, nous partons de bonne heure, avec nos valises, car nous changeons de lieu de résidence. Nous allons marcher sur les traces de Napoléon durant son séjour à l’île d’Elbe. Nous commençons par prendre la route en direction de la Toscane du sud. Nous arrivons à Piombino, où se trouve le ferry qui nous permettra, ainsi que le car, de rejoindre l’île. La particularité du ferry dans lequel nous avons voyagé est qu’il était sous le signe de Batman, avec toutes sortes de représentation de ce personnage de BD y compris une statue plus grande que nature sur le pont principal, disposée face à la mer avec les bras croisés.

Après une traversée d’une heure environ nous arrivons enfin à Portoferraio qui est le chef-lieu de l’île, niché au creux d’une rade.

Flottant au large de la Toscane, face à la Corse, la grande île d’Elbe est entrée dans l’Histoire lorsque Napoléon y fut exilé en mai 1814

Découpée, montagneuse, alternant falaises, forêts de chênes verts, pins parasols, petits ports, côtes sauvages et plages de sable doux ou de galets, l’île d’Elbe surprend par sa relative virginité. C’est la plus grande île du Parc National de l’archipel toscan, une oasis verte aux horizons infinis…

L’archipel toscan est un groupe d’îles italiennes situées entre la Toscane continentale et la Corse, dans le canal de Corse, en mer Tyrrhénienne. L’île principale, Elbe, est localisée à 10 kilomètres au sud-ouest de Piombino, sur la côte de Toscane. Capraia est l’île la plus proche de la Corse, une distance de 27 kilomètres la sépare du cap Corse, situé à l’ouest. Les îles majeures de cet archipel sont : Elbe, Giglio, Capraia, Montecristo dont Dumas à employé le nom pour son illustre roman, Pianosa, Giannutri et Gorgone dont une partie du territoire est occupée par un centre de détention pénale créé en 1869.

Durant deux jours nous avons été guidés par un spécialiste de l’île, Simone, qui nous a fait découvrir cette île célèbre et pourtant méconnue.

Dès notre arrivée, nous avons visité la résidence d’été de l’empereur à San Martino située en pleine campagne. Nous sommes ensuite partis pour Porto Azzuro.

L’après-midi a été consacrée à la visite d’un musée géologique dans lequel nous avons pu découvrir toutes les particularités du sol de l’ïle d’Elbe. La journée s’est terminée par une dégustation de vins locaux dans un décor absolument magnifique.

5 ème jour: Ile d'Elbe (suite)

La matinée a été dédiée à la découverte guidée, en autocar, de la merveilleuse côte occidentale de l’île, le long du Mont Capanne, montagne la plus haute de l’archipel. Nous avons ainsi pu découvrir les bourgs de Poggio et Marciana pour pursuivre le long de la cote et voir des belles plages jusqu’à arriver à Marina di Campo.

L’Après-midi a été consacré essentiellement à la découverte de Portoferraio, l’une des villes les plus importantes de l’Ile d’Elbe et plus particulièrement à la visite de la célèbre Villa Dei Mulini, résidence de Napoléon Bonaparte et de sa cour lors de son exil sur l’île et où sont exposés meubles d’époque, peintures et souvenirs.

6 ème jour: Pise

Le jour du retour vers le continent est arrivé. Nous rejoignons Portoferrario afin de prendre de nouveau le ferry. Celui-ci est encore sous le signe des bandes dessinées, mais cette fois se sont les personnages de Titi, Gros minet, Le Coyotte, etc. qui sont à l’honneur. La traversée vers Piombino se déroulé sous un soleil magnifique, encore une belle traversée maritime. Dommage que l’odeur de gasoil dégagée par le ferry ait été aussi forte, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du bateau. Une fois le bus et notre charmant chauffeur retrouvés nous avons pris la route pour Pise. Lors du déjeuner pris au restaurant nous avons eu la surprise d’avoir de la pizza au menu. Certains d’entre nous commençaient à trouver que le régime pâtes avant chaque plat principal devenait trop répétitif.

L’après-midi a été consacré à la visite guidée en de la célèbre Place des Miracles. C’est là que se dressent le Dôme, qui représente l’un des plus importants édifices de l’architecture romane pisane, le Baptistère également de style roman, avec sa coupole pyramidale et enfin la célèbre Tour Penchée, véritable emblème de la ville, connue et appréciée pour son élégance, mais surtout pour son inclinaison exceptionnelle.

7 ème jour: Lucques et Carrare

Ce dernier jour de visites commence par la visite guidée de Carrare, ville connue dans le monde pour ses carrières de marbre blanc où Michel Ange allait personnellement choisir les matériels pour ses sculptures. Nous avons, avec notre guide pour la matinée fait une balade à travers les Alpes Apuanes et les carrières de marbre, durant laquelle nous avons appris une multitude de choses concernant les techniques d’extraction depuis le temps des Romains jusqu’à nos jours, les techniques de transport ainsi que les principales variétés de marbres extraites et travaillées à Carrare.

Nous avons terminé cette matinée par une visite de musée du marbre et une dégustation de gâteaux italiens.

L’après-midi a quant à lui été consacré à la visite guidée de Lucques, typique ville médiévale enfermée à l’intérieur d’imposant remparts, qui dispose de beaucoup de richesses. La visite nous a permis de découvrir la cathédrale San Martino, la via Guinigi, une des ruelles les plus typiques de la ville, ses nombreux palais et tours, comme la Tour Guinigi, datant du XIVème siècle, la via Fillungo, axe principal du centre historique et la Piazza del Mercato, caractérisée par sa forme elliptique…

8 ème jour: Le retour

Le jour du retour est arrivé. Après un dernier petit déjeuner à l’hôtel, nous rejoignons tous le bus pour le dernier trajet qui nous mènera à l’aéroport de Florence. Après l’enregistrement rapide et efficace, nous allons attendre longuement notre avion qui a pris du retard pour le retour sur Paris. Le point majeur et positif, c’est que nos amis Roland et Geneviève ont enfin retrouvé leur valise égarée au départ de ce voyage.

Nous sommes enfin partis vers 12h40. Puis le retard a été rattrapé, ce qui nous a fait arriver à Pars vers 14h15.